Little Africa : l’Afrique, sans quitter Paris

Little Africa, qu’est-ce que c’est ? En quelques mots pesés, Little Africa est le premier guide touristique qui met exclusivement à l’honneur la richesse et la diversité de la culture africaine à Paris.

Little Africa

Jacqueline Ngo Mpii. Elle est à l’origine du projet Little Africa. Après avoir été diplômée de tourisme et fait ses armes pendant 7 ans dans ce secteur ; Elle se rend compte pendant cette période, du déficit de représentation de la culture africaine dans les produits touristiques parisiens. Rappelons que Paris est dans le Top 3 des villes les plus visitées au monde, (selon le Global City Index), avec environ 18 millions de touristes en 2016. Un problème entrainant une solution, Jacqueline Ngo Mpii y remédie aujourd’hui en proposant ce guide touristique. À l’instar des grandes villes cosmopolites telles que New York ou Londres, où l’on peut flâner, découvrir et s’enrichir de culture dans des quartiers comme Little Italy, Chinatown, Brixton Village… ; Little Africa met à son tour l’accent sur la relation intime qu’entretient la France avec le continent Africain (plus précisément Paris), son métissage culturel, l’empreinte historique de l’Afrique à Paris et la richesse des influences africaines dans les civilisations Européennes, Asiatiques, Américaines et Caribéennes.   little africa

L’objectif du guide est double :

– Apporter un nouveau support de découverte aux touristes qui sont à 79% des repeaters (déjà venus à Paris) et recherchent de nouvelles activités. Et pourquoi pas casser les préjugés? Et non, l’immigration que l’on vous décrit dans les médias, ce n’est pas que les ghettos, la prostitution, le banditisme, l’illettrisme. C’est aussi et surtout, des savoirs-faire, de l’art, de la gastronomie, de l’élégance, une histoire, de l’esthétisme, une vraie culture.

– Proposer un nouvel outil de travail pour les professionnels du tourisme : hôteliers, offices de tourisme afin de mieux répondre aux demandes de leurs clients en provenance d’Afrique. Où manger un plat africain à Paris ? – Jacqueline Ngo Mpii

Dans ce guide, on voyage en territoire d’Afrique tout en redécouvrant Paris. Comme une invitation VIP dans une interface jadis peu connue du grand public, des quartiers tels que Montparnasse, La Goutte d’Or, Château d’Eau ou Saint-Germain-des-Prés prennent un sens nouveau. Mais pas seulement. L’Afrique à Paris nous est aussi présentée à travers les regards d’artistes contemporains tels que Serge Kponton, Fred Ebami ou Alif king par exemples. Un agenda d’événements pour nous donner le temps de rencontrer, découvrir, apprendre et échanger. Des lieux incontournables d’expositions artistiques (musées et galeries d’art) et pour finir chacune de ces escapades africaines à Paris, une liste non exhaustive de bonnes adresses où les senteurs et saveurs africaines finiront de vous dépayser.
En somme, je finis en reprenant les mots de Jacqueline Ngo Mpii (qui mieux qu’elle pour décrire Little Africa) : « Une invitation au partage, aux rencontres, et la découverte d’un ailleurs qui ne se trouve pas à des milliers de kilomètres mais qui débute ici tout près de vous. » Ce guide est disponible sur le site www.littleafrica.fr. 🙂


Crédits : Les images et vidéo dans cet article, appartiennent à Little Africa.

Les « Pussy Hats » et la Marche des Femmes

Qu’est-ce que les « PussyHats » ? Littéralement « chapeau de chatte » en français, est un mouvement lancé par des centaines de milliers de femmes à travers les États-Unis, qui visent à protester contre les propos sexistes de Donald Trump. En effet, lors d’une vidéo ressortie au cours de sa campagne, Donald Trump le nouveau président des États-Unis affirme : « Et quand tu es une star, elles te laissent faire. Tu fais tout ce que tu veux. Tu peux les attraper par la chatte » (« grab them by the pussy » en anglais). Le mouvement des « Pussy Hats » s’approprie alors cette énième injure sexiste, pour en faire une arme de protestation anti-Trump et un symbole visible marquant pendant la Marche des Femmes.

Pussy Hats et la marche des femmes

La Marche des Femmes du 21 Janvier 2017. Aux États-unis, au lendemain de l’investiture de Donald Trump à la présidence, la Marche des Femmes qui a rassemblé environ 2 millions de manifestants à travers le pays, s’est imposée comme un signal fort au nouveau gouvernement américain. Son étendard, la volonté de tous ceux qui soutiennent les droits des femmes, de tous, des familles et l’égalité des droits, de ne pas rester silencieux malgré le déluge d’expressions misogynes, xénophobes et racistes qui ont marqué la campagne du nouveau président.

« Nous faisons front commun en solidarité avec nos compagnons et enfants pour la protection de nos droits, notre sécurité, notre santé et nos familles – nos différentes communautés font la force de notre pays. La rhétorique utilisée pendant la compagne a insulté, diabolisé, et menacé bon nombre d’entre nous – femmes, immigrés de tous statuts, croyants en diverses religions et en particulier les musulmans, les personnes s’identifiant comme LGBTQIA, ceux qui ont la peau noire ou brune, les handicapés, personnes pauvres ou ceux ayant été agressé sexuellement. […] La marche des femmes à Washington enverra un message à notre nouveau gouvernement au premier jour de leur mandat, et au monde, que les droits de la femme sont des droits humains. »

Une multitude de personnalités ont rejoint la protestation dans la Marche et/ ou sur les réseaux sociaux, à l’instar de Bernie Sanders (ancien candidat à la primaire démocrate) qui a tweeté : “Président Trump, vous avez fait une grosse erreur. En essayant de nous diviser par race, religion, genre et nationalité, vous nous avez en fait rassemblés”.
Parmi les personnalités se trouvaient également Michael Moore, Alicia Keys, Madonna, Scarlett Johansson, John Kerry, Hillary Clinton, Angela Davis, Shepard Fairey… Délivrant et partageant leurs messages d’unité comme autant de barrières face aux menaces proclamées contre les libertés de chacun.

« Nous continuerons à nous soulever jusqu’à ce que nos voix soient entendues, jusqu’à ce que la sécurité de la planète ne soit plus reportée, jusqu’à ce que nos bombes arrêtent de tomber sur d’autres terres, jusqu’à ce que notre dollar soit le même que le dollar des hommes !” – Alicia Keys.

COMBINE 16112997_1287928884586462_6834381324470531057_o 16113138_1287928907919793_3932552572389943263_o 16143103_1287932764586074_3685938602454865610_n 16178397_1287935374585813_6773265574037359200_o HONEY1901Women3

La Marche des Femmes dans le monde. Le mouvement se mondialise et trouve écho dans plusieurs pays d’Amérique du Sud, d’Europe, Afrique et Océanie. Le message est clair, créer une union de masse pour défendre les droits des femmes, des familles, des minorités, des immigrants, des libertés religieuses, des groupes LGBT et aussi pour s’ériger contre les discriminations raciales (et toutes formes de discriminations), les harcèlements, les violences sexuelles, les mutilations génitales, les trafics de femmes et d’enfants, le sexisme.

En résumé, la Marche des Femmes du 21 Janvier 2017 fut marquante parce qu’elle a montré que l’attaque d’un groupe de la population humaine, représentait une réponse de tous, face à cette attaque.

16124003_1819154188327769_1460383387100381184_n

Phenomenal Woman Illustrated : Aïssa Maïga

« C’est rare au cinéma qu’une femme noire ne soit pas une victime. »
– Aïssa Maïga

HinaHundt_PWI-AissaMaiga_Web

Aïssa Maïga, qui est-ce ? (Oserais-je ?)
Pour ceux qui ne la connaissent pas encore, Aïssa Maïga est si je pèse mes mots, l’actrice française du moment. Avec ses 20 ans de carrière, elle se fait d’abord remarquer du grand public dans le film « les poupées russes » de Cédric Klapisch, aux côtés de Romain Duris. Elle enchaîne ensuite avec génie, plusieurs seconds rôles et des rencontres déterminantes qui contribueront à façonner son ascension. Si bien qu’en 2007 arrive la première récompense publique de son travail : une nomination aux Césars pour le meilleur espoir féminin, pour son rôle dans « Bamako« . À force de détermination et de talent, Aïssa Maïga se fait un nom dans le cinéma français. La suite elle, n’en est que logique.

En effet, à partir de 2016,  Aïssa Maïga crève littéralement l’écran dans le film « Bienvenue à Marly-Gomont » de Julien Rambaldi. L’histoire vraie de la famille du chanteur Kamini (dont le père est un docteur noir) qui s’installe dans un village de Picardie. Le film aborde sous fond de comédie populaire, les difficultés d’intégration et les préjugés raciaux.
Et ce début d’année 2017 semble lui sourire tout autant, puisqu’on la retrouve dans « Corniche Kennedy », « Mystère à la Tour Eiffel » et dès Mercredi 18 Janvier, à l’affiche du film « Il a déjà tes yeux« , de Lucien Jean-Baptiste. L’histoire d’un couple ordinaire amoureux et sans problèmes, qui ne pouvant concevoir, choisit d’adopter un enfant. Rien de plus banal, si ce n’est que le couple est noir et le bébé blanc. Un joli pied de nez aux stéréotypes identitaires qu’il me tarde d’aller voir.

Et maintenant à vous : connaissiez-vous Aïssa Maïga ? Que pensez-vous du sujet du film « Il a déjà tes yeux » ? Irez-vous le voir ? Je serai ravie d’avoir vos avis sur cette femme phénoménale et ce sujet de société. N’hésitez pas aussi à me dire quelle femme vous souhaiteriez voir dans le prochain « Phenomenal Woman Illustrated » 😉

Bonne Année 2017 :)

Aurevoir 2016. J’espère que cette année vous a autant comblé que fait grandir. Que cette année vous a permis de réaliser les rêves que vous aviez et que vous finissez l’année le coeur serein et aimant. 

Pour ma part, ce fut une belle année. Éprouvante parfois, énergisante, compatissante et inconditionnellement affectueuse d’autres fois. Je suis extrêmement reconnaissante du temps que m’ont accordé chacune des personnes qui ont traversé ma vie cette année. Et reconnaissante aussi de l’impact que ces personnes m’ont permis d’avoir dans leur vie.

Bonne Année 2017, by Hina Hundt

Bonjour 2017. Pour cette nouvelle année, je nous souhaite de continuer à jouer le jeu de la vie, en réalisant encore nos rêves, en osant vibrer et briller aussi fort que notre âme le souhaite, en osant persévérer au-delà des obstacles et plus encore.

Mais par dessus tout, je nous souhaite beaucoup d’amour. De l’amour simple et authentique, envers soi-même et envers les autres, tels que nous sommes et tels qu’ils/elles sont. Bonne année 2017 💖

Phenomenal Woman Illustrated : Marian Wright Edelman

« You can’t be what you can’t see. » – Marian Wright Edelman
(Tu ne peux pas être ce que tu ne vois pas.)

hinahundt_pwi-marianwrightedelman_web

Phenomenal Woman Illustrated. Est un nouveau projet, que je veux partager avec vous et qui représentera au devant de la scène, le portrait de femmes d’influence dans le monde. Des femmes de tous horizons culturels, sociologiques ou démographiques, qui par leur combat et vision du monde, ont et continuent d’inspirer des générations d’hommes et de femmes pour une égalité des droits. Vous l’aurez compris, Phenomenal Woman Illustrated est une ambition féministe à travers laquelle je vous présenterai en quelques mots et sous forme de portrait illustré une ou plusieurs femmes qui font bouger les choses à leur échelle.
Dans quel but ? Promouvoir l’émancipation et l’éducation des femmes ; Au même titre que la réalité du « tout est possible », par la représentation de femmes ordinaires mais phénoménales.

Pour ce faire, je vous présente Marian Wright Edelman, une avocate et militante américaine pour les droits de l’enfant. Elle a fondé en 1973 le Children’s Defense Fund pour représenter, aider et défendre les droits des enfants défavorisés au États-Unis. En tant que fondatrice, leader et principal porte-parole de la CDF, elle s’emploie à persuader le Congrès américain d’améliorer l’aide sociale et les soins des enfants défavorisés, handicapés, sans-abri, maltraités ou négligés. Comme elle l’exprime: «Si vous n’aimez pas la façon dont le monde est, vous avez l’obligation de le changer. Il suffit de procéder étape par étape ».
De plus, comme une façon d’aller au bout des choses, Marian Wright Edelman est également membre du conseil de la Fondation Robin Hood basée à New York. Un organisme de bienfaisance voué à l’élimination de la pauvreté.

Et maintenant à vous : connaissiez-vous Marian Wright Edelman ? Que pensez-vous de ce premier portrait ? N’hésitez pas à partager des infos sur cette femme phénoménale ou me dire qui vous souhaiteriez que j’illustre parmi les « Phenomenal Woman Illustrated » 😉

Retrouvez-moi également sur Tumblr, Instagram, Facebook, et Twitter ^^

La Rivière et le Roseau : Conte d’un 1er Amour

hinahundt_invisiblescarTels les flots impétueux de la mer,
Ainsi commence la soif de vie
D’une source d’eau, qui de rivière en fleuve,
Un jour élèvera à son tour son lit
Au rang de mer.
Mille détours accompagnent ce cheminement
Et parmi eux, résonne le cœur de son roseau.
Il suffira d’un seul battement.
Aussi léger et vigoureux que celui des ailes
De la libellule qui danse au fil de l’eau ;
Pour que germe son roseau au bord de la rivière.
Entre la rivière et son roseau,
L’amour limpide, désintéressé et profond
Devient le courant qui les traverse.
Et tout autour, l’harmonie de leur symbiose
S’affiche comme l’évidence naturelle.
Or, bien avant son ascension vers la mer,
La source vivante de la rivière avait un rêve.
Plus profond et ancré que l’amour intime
Qu’elle porte à son écosystème ;
Elle rêvait d’un ailleurs perché parmi les étoiles,
Où à l’instar du berger, elle guiderait les égarés.
Ce rêve incroyable qu’elle cru longtemps impossible,
Chargeait en elle, les matières solides d’une érosion certaine.
Chaque bassin qui se versait en elle
Manquait invariablement le court du fleuve,
Par lequel elle se jetterait dans la mer ;
Pour finalement étoffer la passion de son rêve ultime.
Asséchant de frustrations et d’amertume
Les berges où fleurissait son roseau ;
C’est sans crier gare que la source douce de la rivière
S’acidifia, jusqu’à rompre son intimité
Avec l’organisme qui deviendra désormais
Le et non Son roseau.
« Il y a des cicatrices qui ne sont visibles qu’avec le cœur. »

« Cool » de Blakesmith, un EP qui prolonge l’été

L’été s’achève doucement et la rentrée pointe déjà le bout de son nez. Qu’à cela ne tienne, voici un EP « Cool » réalisé par Blakesmith, qui prolongera les ambiances lounges et suaves de votre été… La cerise électrique sur le gâteau, il m’a demandé d’illustrer sa cover. Évidemment ce fut un honneur et plaisir non dissimulé 🙂

140716.HinaHundt_BlakeSmithCover_Final_Web

Blakesmith. Qui est-il ? Blakesmith est un artiste underground basé à Paris, qui officie en tant que beatmaker pour nous faire groover à souhait. De la palette hip hop / soul, aux sons chaleureux et pop, en passant par les ambiances lounge ou afterwork, il est difficile de rester indifférent face à la justesse des compositions de ce maître d’orchestre.

C’est d’ailleurs le challenge que Blakesmith a une fois de plus relevé avec brio, en sortant le 21 Juillet dernier, son nouvel EP « Cool ». Le thème est donné, clair et sans détour. Entre les nouvelles résolutions de la rentrée et la nostalgie du lâcher prise estival, on reste « cool » et on chill au calme en savourant la fin de l’été.
Son EP « Cool » comporte 15 titres et est disponible sur Bandcamp à prix libre à partir de 5€. Un petit prix idéal pour découvrir cet artiste dont le travail acharné repousse à chacun projet les limites de la qualité, pour le plus grand plaisir de nos plus si chastes oreilles ^^

Alors, plus une minute à perdre. Si vous ne le connaissiez pas encore, je vous invite vivement à le découvrir d’avantage et/ou soutenir son projet. Je suis prête à parier que vous ne serez pas déçue ! 😉

Et pour les plus curieux d’entre vous, vous pouvez également retrouver et partager son univers sur Soundcloud, Site InternetFacebook et Instagram.

Finalement la rentrée sur des rythmes aussi chaleureux s’annonce de bon augure. Laissez-vous tentez par la découverte et dites-moi ce que vous en pensez 🙂

What’s about The ‘Fro !

« My Page Was Blank So I Drew A ‘Fro ! » – Il ne fait plus aucun doute que ce blog a subit de grandes remises en question et négligences depuis le début de l’année (et plus encore). Il serait simple de vous dire que j’ai été beaucoup prise par le rythme effréné de mes obligations professionnelles, ma recherche d’appartement (qui a failli se transformer en mission impossible) et mon déménagement ces derniers 6 mois ; Mais l’autre facette de la vérité est moins glorieuse : je n’avais plus d’inspiration. My Page Was Blank So I Drew A 'Fro ! - HinaHundt

My Page Was Blank. Des interrogations, des doutes, des toiles d’araignée et finalement la paresse, ont commencé à embuer mon esprit et les raisons pour lesquelles j’avais créé ce blog au début. Je n’y voyais clairement plus d’intérêt à poursuivre l’aventure et encore moins ce que je pouvais apporter à la blogosphère. Pour autant, l’idée de fermer ce blog m’était difficile, sinon impossible. Contrairement aux précédentes années, je me contraignais maintenant à rechercher une seule ligne conductrice (que je ne pensais pas posséder), tel le Graal de mon retour proactif, tout en abandonnant aussi rapidement chaque tentative d’échange. Ce blog qui jadis fût mon salon de thé, mon boudoir, ma soupape et mon espace de libre-échange, était devenu le boulet qui reflétait une défaite sur moi-même.

So I Drew A ‘Fro ! Mais la petite histoire ne s’arrête pas là. Aussi frustrant que ça a pu l’être au début, j’ai commencé à accepter ce que je considérais comme une défaite et voir l’autre facette de cet état d’esprit. J’ai levé le pied sur ma course au fil conducteur, me suis retirée et mise à nue sur ce qui me freinait réellement dans ma vie. Alors, j’ai commencé à dessiner sans but ou événement précis. Seulement y prendre plaisir et retrouver cette évidence simple qui m’anime chaque fois que je regagne ma bulle avec un crayon et mon carnet de croquis. Puis, j’ai pris conscience de certains « dysfonctionnements » et limitations dans ma vie. Du coup j’ai déménagé (entre autres ^^) pour me rapprocher de ceux et ce qui sont aujourd’hui les plus importants dans ma vie. Cette décision m’a permis de retrouver un équilibre entre boulot, relations authentiques, voyages, découvertes…, qui me correspond d’avantage. Autant d’étapes mises bout à bout qui n’auraient peut-être pas été possibles sans le malaise ressenti par mon manque d’inspiration. My page was blank, so I drew a ‘Fro !*

À la manière remixée de l’aviateur de St Exupéry et du Petit Prince « Dessines-moi un mouton« , je me suis dessinée un afro en guise de caisse, qui contiendrait ce que je cherche inlassablement. Ma foi, je suis très reconnaissante des diverses expériences et de l’émancipation que j’ai déjà pu y trouver. Et de ce voyage qui suit son cour, j’ai compris que l’essentiel est d’enlacer l’inconfort et de poursuivre sa quête personnelle du bonheur et du bien-être. 🙂

Et vous, comment avez-vous surmontez vos passages à vide, que ce soit dans la blogosphère ou votre vie quotidienne ?
N’hésitez pas à commenter et partager vos ressentis, je serai ravie de vous lire et vous répondre.

My page was blank, so I drew a ‘Fro !* – Ma page était blanche, alors j’ai dessiné un Afro !

The Steamy Serie

Une buée torride s’élève sur le blog. « The Steamy Serie » est une série de 3 illustrations où pop art et sensualité se sont donnés rendez-vous. Sur fond d’applat de couleurs vectorisés et de courbes franches, j’ai eu beaucoup de plaisir à travailler sur cette série. Tellement d’ailleurs, qu’il se pourrait bien que cette série ait une part II. Affaire à suivre 😉

En attendant, vous pouvez vous procurer des affiches, coussins, horloges et mugs de cette série, sur ma nouvelle page Society 6 ^^

< Steamy Dots >HinaHundt_SteamyDots_IGHinaHundt_SteamyDotsBag_S6

< Steamy Torso >HinaHundt_SteamyTorso_IGsteamy-torso-carry-all-pouches

< Steamy Legs >HinaHundt_SteamyLegs_IGHinaHundt_SteamyLegs_Pillow